J’ai rencontré Dieu aux urgences cérébrales, il était plutôt vieux, tout fourbu,

genre instable, il gueulait sa misère, pissant de la pluie acide, au nom d’un mammifère, dont il n’était plus le guide.
L’infirmière de service faisait sa tête de blonde, elle se foutait des supplices

et devait continuer sa ronde. Elle acquiesça sans rien dire, un regard par indulgence, aux cris de douleur martyre, de ce papi de la croyance.

J’ai rencontré Dieu aux urgences neuronales, il était assez piteux, tout foutu,

pas acceptable, il crachait des glaviots et vomissait du phosphore, à l’aura de

tous ces veaux, qui n’appréciaient que la mort.
Le docteur de permanence avait sa tête des bons jours, il souriait sur ordonnance
et n’assénait que de l’amour, Il calma le grand-père excité, d’une piqûre de morphine, s’octroyant de la disponibilité, pour une patiente plus coquine.

J’ai rencontré Dieu aux urgences médicales, il avait le sang bleu, tout hallu,

miné, minable, il pleurait des injures et suffoquait du nucléaire, sur le karma des impurs, à l’égrégore de leurs prières.
Le brancardier en intérim sortait une tête de bon enfant, il voulait écouter cet hymne, vestige du vieillard mourant. Il s’imprégna des vociférations, conditionnant son âme affaiblie, dans le format d’une vraie raison, qui le fit renaître vers minuit.

J’ai retrouvé Dieu aux urgences animales, il semblait être heureux, moins perdu, hors du mal, il n’aboyait plus que la chaleur, s’exclamant que dans la joie, sous les caresses de douceur, qui l’enivraient, pour une foi.

1/2
instagram-logo-white-300x300.png
Reflex_clipart.png